Que sait-on du cancer ? by MARYSE DELEHEDDE

By MARYSE DELEHEDDE

Show description

Read Online or Download Que sait-on du cancer ? PDF

Best cancer books

Therapeutic Resistance to Anti-hormonal Drugs in Breast Cancer: New Molecular Aspects and their Potential as Targets

One of many major explanations of failure within the therapy of breast melanoma is the intrinsic presence of, or improvement of, drug resistance through the melanoma cells. contemporary stories at the mechanisms of melanoma drug resistance have yielded very important info highlighting either how tumour cells could get away those healing constraints and that drug resistance may well extra impinge on tumour mobile services that could eventually advertise an antagonistic telephone phenotype.

An Omics Perspective on Cancer Research

Omics is an rising and intriguing quarter within the box of technological know-how and drugs. various promising advancements were elucidated utilizing omics (including genomics, transcriptomics, epigenomics, proteomics, metabolomics, interactomics, cytomics and bioinformatics) in melanoma examine. the improvement of high-throughput applied sciences that let the answer of decoding melanoma from better dimensionality will offer an information base which alterations the face of melanoma figuring out and therapeutics.

Cancer Active Immunotherapy: Immunoprophylaxis and Immunorestoration

I want to thank all my co-workers who've collaborated with me, from 1963 in the past, in organic and scientific study within the box of melanoma lively immunotherapy, of its immuno­ prevention and immunorestoration. they're going to usually be quoted during this booklet. i'm fairly thankful to those that have helped me to write down it by means of reviewing a few chapters: D.

Extra resources for Que sait-on du cancer ?

Example text

Elles sont en effet capables de sortir des systèmes vasculaires (sang, lymphe) pour venir au contact de la tumeur. Certaines de ces cellules immunitaires sont de véritables usines à production de molécules de signalisation telles que les interleukines, l’interféron gamma ou encore le TNF alpha (tumor necrosis factor alpha). On parle même parfois « d’orage cytokinique » pour décrire le chaos résultant de cette surproduction de molécules autour d’une tumeur en développement. Il a été clairement montré que les cellules NK (Natural Killer) sont capables de détruire directement les cellules tumorales, et par là-même de réduire quelque peu la progression tumorale.

D’une manière intéressante, on retrouve les « oncoprotéines » dans chaque compartiment cellulaire, c’est-à-dire à la surface de la cellule, dans le cytoplasme et dans le noyau même. Au niveau de la membrane cellulaire, en contact direct avec l’environnement, les oncoprotéines sont essentiellement des récepteurs de facteurs de croissance, qui sont alors activés en permanence, et contribuent ainsi à la prolifération active des cellules tumorales. Par exemple, l’activation continue du récepteur KIT est décrite dans les tumeurs gastro-intestinales.

Les fibroblastes participent également activement au processus de migration des cellules cancéreuses. En effet, ils produisent spécifiquement des enzymes « de dégradation » favorisant le passage des cellules tumorales dans les vaisseaux néoformés. Ces enzymes sont par exemple les collagénases de type IV, l’activateur de plasminogène ou encore les MMP (matrix metalloproteases). Le taux de synthèse et l’expression de ces différents types d’enzymes de dégradation de la matrice extracellulaire sont très souvent augmentés dans les tumeurs métastatiques.

Download PDF sample

Rated 4.87 of 5 – based on 28 votes